Teodoro Del Borrello è nato a Vasto (CH) ed attualmente vive a Silvi Marina (TE); ha vissuto per oltre 30 anni in Francia, a Parigi ed ha scritto moltissime poesie, in italiano e in francese: c'invita a leggerne alcune.

ABRUZZO

Abruzzo mio
più ti chiamo
e più ti sento vicino
la lontananza
è come un purgatorio
che solo
il cuore sente
che il bene che
Ti! Voglio
è un bene puro
nessuno ti ha lodato
tanto che
il D'Annunzio
e cerco a mia maniera
di emular il grande
cercherò alla mia maniera
di farti onore
e di portare sempre
alto nel centro
del firmamento mio
il tuo nome.


PER TE VASTO

Lungo la via che scende
dietro Santa Maria Maggiore?
Me ne vado spensierato?
Quando, lo sguardo si ferma?
Al firmamento?
E in un secondo, la riflessione
viene
Come? ho potuto lasciare
questo paradiso
che da lassù
la baia di Vasto
possa io contemplare ora
e sempre
ti dò il buon giorno.
Come ho potuto lasciare?
Questo piccolo pezzo
D'Abruzzo
che i natali mi ha dato?
Insieme alla gaiezza
e un sorriso sulle labbra.


PER TE SILVI

Come l'ombra, che ti segue
lungo la via
dei tuoi pensieri
Calda, e l'aria
e il sole brilla
al centro dello zenith
in questa cittadina
adottata ormai?
Al senso della vita
percorri, e guarda?
Dintorni fioriti
il buondì che ti accoglie
senza domandare
chi sei?
E senza rispondere
sono io?
Questa? E' L'Abruzzo
e la sua gentilezza
è rinomata
che gli emigranti figli
fanno onore.


Non ti loderò mai assai
Abruzzo mio
perché per me
tu sei il mondo
posso rifugiarmi
dove tu vuoi
non lascerai mai
un figlio
alla dimenticanza
sai parlare al cuore
e al cuore resta
il tuo insegnamento,
per farti onore
e onore alla gente
che l'accoglienza
è primordiale
farò di te
l'universo nel mondo
perchè l'amore che ti porto
Come descriverlo?


TERRA MIA

Quand la brume
dégage l'horizon,
je vois apparaître
la vallée du Sangro,
la splendeur
le vin passe,
trésor des papilles,
quel beau temps
la jeunesse,
la rêve se cajole
dans nos têtes
pour la future réussite,
loin de cette vallée
si chère à mon enfance,
quand la brume
dégage l'horizon
les villes médiévales
et de petits patelins
j'en passe
que de souvenirs sincéres
que cette terre soit bénie,
bénie soit-elle certes,
car la gentillesse
de ces vaillant gens
rend fort l'esprit
et tout ce qui l'accompagne,
la foi fait partie
de ce grand lot de sages
qui est à toi
si personnelle
Abruzzo mio.


POUR TOUS LES IMMIGRANTS

A ma première
descente
dans mon pays natal
après tant d'années
de solitude et de misère
je revoyais les champs.
J'avais presque oubliè
comme c'ètait beau
qu'une larme
s'efface doucement
comme pour dire
voilà! Je suis là!
Enfin! Je cherchais
La mer, et ce bleu intense
etaita aussi là.
Je plongeais la main
très doucement
en remuant un peu
pour saluer mon
compagnon de jeu
d'enfance
tu vois, mon doux pays
je reviens au bercail
car avec toi
mon cœur renaîtra peut-être.


LE PRESENT

Un rayon de soleil èclaire son triste visage
pour tant de dèsespoir et des coulèes de sang,
là-bas, l'ethnie raciale
a gauche les castes se dèchirent
et que dire de l'antisèmitisme
même ici prèsent.
oh! Peuple du monde
mettez-vous d'accord
je vous en prie
car l'innocent paye pour vos querelles
et vos souvenirs lointains
oubliez cette haine fratricide
ed donnez-vous la main,
donnez-vous la main sans aucune rancune,
faites-le pour Lui,
je vous en prie
car Lui avec espoir,
il attend...
cetta Paix si dure à venir.


MA MERE - LES MERES

Le regard sévere qui reflétait l'espoir dans l'avenir,
la bonté toujours présente dans ton cœur
prête à toutes les souffrances amères
pourquoi?
Mamn es-tu partie si vite?
L'amour fait défaut en ce moment
tu sais! Il y a des larmes et la douleur présente
dan vos cœurs
meurtris de désespoir, que faire?
Vos fils blessés dans l'âme et dan le corps,
ils ont un seul mot sur leurs lèvres desséchées de sang,
la peur dans le cœur pour ne pas pouvoir dire
Je t'aime Maman.


LE BON PASTEUR

1998

Il est là, l'homme en blanc,
et la Gaulle se réjouit de sa présence.
Avec sa canne de pasteur et son franc parler,
incite les peuples à la gloire et à la paix
ecoutez-le mes fréres,
car c'est lui qui représente
le verbe le plus haut,
l'espoir dans l'avenir, il prêche
et contre la mort de l'immature
que de vivre il doit,
foule deviendra certes
pour les génération futures car les guerres et les famines
tous les jours se vit, sans espoir et sans aucun regret.


LE REVE DE TOUS

On ne brise pas le cœur de quelqu'un qui vous aime.
On ne brise pas le cœur des mères meurtri par l'angoisse.
On ne brise pas le cœur de quelqu'un qui attend la mort
avec impatience, de tant souffrir.
On ne brise pas le cœur de celui qui respire
la gentillesse,
de celui que la sensibilité habite
et de l'autre qui avec le cœur dur pense.
Je vous le dis ô cœur de nationalités différentes
de la mienne,
unisson-nous,
pour former un seul cœur,
contre la barbarie accablante de ce monde pervers
et sans futur.


Per contattare direttamente l'autore.

Homepage